Adoption de la devise du Québec

Une devise nationale : « Je me souviens » ! Le 9 février 1939, le gouvernement québécois adopte les armoiries du Québec

Depuis 1978, les mots Je me souviens sont inscrits sur les plaques
d’immatriculation au Québec. Cette formule est la devise officielle de la
province depuis l’adoption de ses armoiries, le 9 février 1939.

À l’origine de cette devise : une inscription au fronton de l’hôtel du
Parlement. Son auteur : nul autre que l’architecte de ce temple de la
démocratie québécoise, Eugène-Étienne Taché. Le sens de cette phrase
emblématique est encore discuté par les historiens. Impossible de vraiment
connaître l’intention de l’architecte puisqu’il n’a laissé aucun texte
sur le sujet.

Dans un discours prononcé le 24 juin 1895, l’historien Thomas
Chapais déclarait :
[…] la province de Québec a une devise dont elle est fière et qu’elle
aime à graver au fronton de ses monuments et de ses palais. Cette
devise n’a que trois mots : « Je me souviens » ; mais ces trois mots,
dans leur simple laconisme, valent le plus éloquent discours. Oui,
nous nous souvenons. Nous nous souvenons du passé et de ses
leçons, du passé et de ses malheurs, du passé et de ses gloires.

Si cette devise s’est imposée, c’est parce que l’histoire, la mémoire, le
souvenir ont permis aux Québécois de résister, de survivre et de reprendre
pied. Pendant longtemps, c’est la Nouvelle-France qui a inspiré les Québécois.
Aujourd’hui, ce sont davantage les réformes de la Révolution
tranquille qui suscitent la fierté. Quelles que soient les références, cette
histoire éclaire les grands combats québécois et incite à l’action.

Source :

Un texte de l’historien Gaston Deschênes publié sur le site de L’Amérique française.

http://www.ameriquefrancaise.org/fr/article-518/La%20devise%20qu%C3%A9b%C3%A9coise%20%C2%ABJe%20me%20souviens%C2%BB#.WJYhGBvhDIU