Le gouvernement du Québec offre ses excuses pour l’extermination des chiens du Nunavik

Au début des années 1950, plusieurs crises successives touchent les
Inuits qui habitent l’est de l’Arctique. Le prix de la fourrure de renard
s’effondre et les populations de caribous sont décimées.

Devant ce nouvel état de fait, le gouvernement du Canada puis, dans
la foulée, celui du Québec décident de sédentariser de force les Inuits afin
de leur offrir des services hospitaliers et sociaux.

Or, le mode de vie nomade des Inuits repose sur un élément central :
le chien d’attelage. Avec la création des villages et l’implantation du nouveau
mode de vie, de nombreux chiens sont laissés à eux-mêmes et les
gouvernements craignent des problèmes de santé publique. Les attaques
se multiplient, contre adultes et enfants, et on recense plusieurs épidémies
de maladies canines.

Dans un premier temps, les gouvernements demandent aux Inuits
d’attacher les chiens entre le 1er mai et le 15 décembre de chaque année,
mais ils refusent : une telle pratique irait à l’encontre des traditions qui
favorisent la socialisation entre les bêtes et les humains.
Devant cette rebuffade perçue, le gouvernement du Canada puis, à
partir de 1965, celui du Québec annoncent qu’ils abattront tous les chiens
dits errants présents sur le territoire.

Cette tuerie de masse entraîne de nombreuses conséquences. La mort
de milliers de bêtes, évidemment, mais aussi l’instauration d’un climat de
méfiance entre les policiers et la population. Finalement, le chien d’attelage
est remplacé dès les premières années par la motoneige et rend les
Inuits dépendants de l’essence, qui leur coûte cher en raison des frais de
transport, pour continuer la chasse.

À la suite de demandes répétées de la part des Inuits, le gouvernement
du Québec offrira ses excuses officielles le 8 août 2011. Le gouvernement
fédéral, lui, n’a jamais voulu reconnaître sa responsabilité dans ce dossier.

 

Pour en savoir plus :
Nunavik : Québec admet ses torts dans l’abattage de chiens de traîneau :
http://beta.radio-canada.ca/…/inuits-quebec-reconnaissance-…
Francis Lévesque, Le contrôle des chiens dans trois communautés du Nunavik au milieu du 20e siècle :
https://www.erudit.org/…/2010-v34-n2-etudinuit50…/1004074ar/