La survie d’une société distincte au sein du Canada a été une lutte constante. C’est à force de résilience et de ténacité que le Québec a pu s’affirmer dans la fédération canadienne. Dès la fin du 19e siècle, le Québec s’est opposé aux tendances centralisatrices d’Ottawa, à l’impérialisme britannique de Canadiens anglais qui souhaitaient aller se battre aux quatre coins de l’Empire ou durant les deux Guerres mondiales, et à l’extinction des droits des francophones dans les autres provinces. Malgré ces reculs, ces combats perdus, le Québec a néanmoins pris des initiatives originales qui ont testé au maximum les limites législatives et financières étroites imposées par la constitution canadienne: l’encadrement du mouvement coopératif, la nationalisation de l’électricité, la mise en place du régime public de pensions et de la Caisse de dépôt et placement, la représentation du Québec à l’étranger, le partage des responsabilités en matière d’immigration, l’adoption du français comme langue commune de tous les Québécois. Bien qu’il ait pu se retirer de certains programmes sociaux du fédéral tout en conservant sa part du financement, le Québec n’a jamais pu changer les règles de base du régime fédéral canadien: un partage des pouvoirs législatifs à l’avantage d’Ottawa et un partage des ressources fiscales qui accorde à ce dernier un pouvoir infini de dépenser dans les domaines de compétence des provinces.

«Nous avons le droit de vivre…» – Henri Bourassa

  Invité à un grand congrès eucharistique qui se tient à Montréal, en 1910, l’archevêque de Westminster prend la parole à la basilique Notre- Dame. Il explique que, avec l’arrivée massive des Irlandais, l’avenir du catholicisme en Amérique du Nord se fera en anglais. Cet appel à l’assimilation au nom d’idéaux plus nobles, ce n’est […]

Lire la suite…

Création du Bloc Populaire contre la conscription

Le 8 avril 1942, le gouvernement libéral de Mackenzie King demande par référendum à tous les Canadiens de le délier de sa promesse de ne pas imposer la conscription militaire. Sans surprise, 80 % des électeurs du Canada anglais acceptent, tandis qu’au Québec, 71,2 % des électeurs (85 % des francophones) refusent. Plusieurs jeunes intellectuels […]

Lire la suite…

Le maire de Montréal est arrêté par la GRC

Le 5 août 1940, le populaire maire de Montréal, Camillien Houde, est arrêté par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et emprisonné durant quatre ans dans un camp d’internement pour avoir incité ses concitoyens à refuser l’enregistrement obligatoire, premier pas, selon lui, vers la conscription. Ayant refusé de récuser ses propos, le maire Houde est […]

Lire la suite…

Des rumeurs de conscription créent de l’agitation chez les Canadiens français

Durant la Première Guerre mondiale, les francophones du Québec s’insurgent contre le fait qu’on leur demande d’aller risquer leur vie pour l’Empire en Europe tandis qu’ils sont ici partout victimes de discrimination dans l’enseignement, au gouvernement, à l’usine et surtout au coeur de l’armée canadienne elle-même, une institution essentiellement anglophone. En juin 1915, les agents […]

Lire la suite…

Vive le Québec Libre!

Le 23 juillet 1967, dans le cadre de l’Expo 67, le général de Gaulle débarque à Québec sur le croiseur Colbert. Avec son sens aigu de l’histoire, de Gaulle déclare à ses proches : « Je compte frapper un grand coup. Ça bardera, mais il le faut. C’est la dernière occasion de réparer la lâcheté […]

Lire la suite…

Le Québec se retire de 29 programmes conjoints fédéraux-provinciaux

  Quand se termine la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement fédéral, dirigé par les premiers ministres King et Saint-Laurent, veut rapatrier tous les impôts directs et les programmes sociaux. La résistance du Québec sauve la mise, pour un temps. Ottawa change ensuite de stratégie : utilisant son pouvoir de dépenser, elle crée des programmes conjoints […]

Lire la suite…

La doctrine Gérin-Lajoie

Ce qui est de compétence québécoise chez nous est de compétence québécoise partout Le 12 avril 1965, le Québec réclame le droit de se représenter directement auprès des États souverains dans les domaines de sa compétence. « Il n’est plus admissible […] que l’État fédéral puisse exercer une sorte de surveillance et de contrôle d’opportunité […]

Lire la suite…

La Cour suprême autorise la destruction des données québécoises du registre fédéral des armes à feu

  Cinq des neuf juges de la Cour suprême confirment le pouvoir constitutionnel du gouvernement de détruire les données québécoises du registre fédéral des armes d’épaule, amassées à grand coût entre 1995 et 2012. Les quatre juges dissidents, dont les trois juges du Québec, arguent au contraire que le principe du fédéralisme coopératif enjoint à […]

Lire la suite…

Adoption de la devise du Québec

Une devise nationale : « Je me souviens » ! Le 9 février 1939, le gouvernement québécois adopte les armoiries du Québec Depuis 1978, les mots Je me souviens sont inscrits sur les plaques d’immatriculation au Québec. Cette formule est la devise officielle de la province depuis l’adoption de ses armoiries, le 9 février 1939. À l’origine de […]

Lire la suite…

Commission Tremblay

En 1953, le Québec met sur pied une commission d’enquête pour ralentir la centralisation fédérale. À la frontière du Canada français traditionnel, qui s’est épuisé dans la survivance culturelle, et du Québec moderne, impatient de réinventer la nation dans un cadre territorial et politique, la Commission royale d’enquête sur les problèmes constitutionnels est créée le […]

Lire la suite…