Loi fédérale sur les jeunes contrevenants: Québec réhabilite, Ottawa réprime

12 mars 2012 Loi fédérale sur les jeunes contrevenants
Québec réhabilite, Ottawa réprime

En matière de criminalité juvénile, les Québécois ont choisi de miser sur la réhabilitation et la concertation, un modèle établi en 1977 par la loi de protection de la jeunesse et les centres jeunesse du Québec qui permettent aux jeunes contrevenants de compléter leurs études pour mieux réintégrer la société. Au Canada anglais en revanche s’exprime plutôt un fort courant misant sur une justice punitive.

C’est la voie qu’emprunte le gouvernement de Jean Chrétien en 2001 en rendant passibles de peines pour adultes des jeunes d’à peine 14 ans, ce qui « va tout à fait à l’encontre de la philosophie de réadaptation sociale que le Québec a développée », selon le directeur des centres jeunesse.

Le gouvernement conservateur de Stephen Harper ira plus loin en mars 2012 en imposant des peines minimales et en durcissant encore la justice pénale pour les adolescents. Devant le virage répressif du Canada anglais, le Québec a donc dû se plier à la volonté du fédéral et renoncer à un modèle qui fonctionnait bien.

Pour en savoir plus: « Le projet de loi C-10 est adopté aux Communes par 154 voix contre 129 » http://ici.radio-canada.ca/nou…/553392/loi-c10-vote-communes