Une petite histoire du drapeau canadien

28 janvier 1965 – Le choix d’un drapeau du Canada provoque un débat acrimonieux, unique dans les annales canadiennes.

En 1964, à la veille de célébrer son centenaire, le Canada n’a toujours pas de drapeau. C’est l’Union Jack britannique qui orne encore les édifices publics et nous représente à l’international. Le premier ministre Lester Pearson propose alors un drapeau représentant trois feuilles d’érable entre deux bandes bleues. Le débat qui suit sera acrimonieux et durera des mois, les Communes y passant même tout l’été, un fait unique dans les annales canadiennes. Le principal opposant au projet, le chef conservateur John Diefenbaker, voyait un grand intérêt électoral à défendre bec et ongles les valeurs britanniques symbolisées par l’Union Jack et à dénoncer les deux bandes bleues du « fanion de Pearson », qui semblaient référer au Québec et au fait français. Diefenbaker exige même un référendum sur la question, mais le premier ministre choisit de déférer la cause à un comité du Parlement et, même, de lancer un concours auprès des Canadiens. Le drapeau finalement retenu – l’Unifolié – est intégralement rouge et ne comporte aucune allusion à la dualité canadienne, s’inspirant du drapeau du Collège militaire royal du Canada à Kingston.

S’il fut déchirant au Canada anglais, le débat sur le drapeau canadien a laissé le Québec indifférent. L’Unifolié est donc déployé en priorité sur le site de Terre des hommes, à Montréal, où bon nombre ignorent encore que l’Expo 67 visait justement à souligner le centenaire de la Confédération…