Victoire de Vimy : des volontaires canadiens-français se surpassent…

La Première Guerre mondiale était une guerre impérialiste. Que des
hommes aient refusé de prendre part à ce terrible conflit tombe sous le
sens. Que d’autres aient déserté l’enfer des tranchées, cela se comprend
aussi.

Cela dit, de nombreux volontaires, pleins de bonne foi, de courage et
de patriotisme, lèvent la main. Au sein du Corps expéditionnaire canadien,
on dénombre près de 35 000 Canadiens français. Certains d’entre
eux participent à la bataille de la crête de Vimy lancée le 9 avril 1917.
Cette crête donnait aux Allemands un avantage stratégique important sur
toute cette région de la France. Depuis 1914, Britanniques et Français ont
plusieurs fois, mais en vain, tenté de reprendre cette colline. Après
quelques jours de combats, les Canadiens triomphent et des Canadiens
français s’y distinguent.

Parmi eux, Jean Brillant, mort sur les champs d’honneur l’année suivante
et décoré de la Croix de Victoria. Quelques soldats canadiensfrançais
racontent cette bataille dans des lettres à leurs proches. Le soldat
Alphonse Couture, du 6e Bataillon (Génie canadien) décrit le temps gris
et froid qu’il faisait le matin du 9 avril. « Et le bombardement commence.
Ce fut terrible. Toutes les pièces d’artillerie sur le front crachaient, vomissaient
les obus de toutes grosseurs… l’enfer. La terre en tremble. » De son
côté, Jean-Thomas Barbeau, du 22e Bataillon, confie à un ami : « J’en
aurais bien long à te dire sur cette guerre […] ce que tu vois dans les
journaux n’est rien à côté de ce que je pourrais te raconter. »

 

Pour en savoir plus :
LITALIEN, Michel, Écrire sa guerre : témoignages de soldats canadiens-français
(1914-1919), Montréal, Athéna, 2011.
BOUVIER, Patrick, Déserteurs et insoumis : les Canadiens français et la justice
militaire (1914-1918), Montréal, Athéna, 2003.