Vol de la liste de membres du Parti Québécois par la GRC

Plusieurs commissions d’enquête, fédérales et québécoises, ont démontré que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) infiltra et espionna le mouvement souverainiste et le Parti Québécois au lendemain des événements d’octobre 1970.

Dans le cadre de l’opération « Ham », par exemple, des agents de la GRC entrèrent par effraction dans les locaux des Messageries Dynamiques, lesquels abritaient un ordinateur qui contenait une liste des membres du Parti Québécois, et des renseignements sommaires sur chacun de ces membres. Après avoir recopié et conservé l’information dont elle avait besoin jusqu’en 1975, la GRC retourna les bandes à l’endroit où elle les avait trouvées.

Ce vol d’une liste de membres est l’une des nombreuses opérations menées par la GRC durant les années soixante-dix. Le gouvernement de René Lévesque chargea Jean Keable de faire toute la lumière sur ces opérations secrètes qui visaient à déstabiliser le mouvement souverainiste et un parti démocratique. Son rapport fut rendu public au cours de l’hiver 1981.

Pour en apprendre davantage sur l’opération « Ham », voir le chapitre XI du Rapport de la commission d’enquête sur des opérations policières en territoire québécois (p. 349-380), disponible sur le site de la bibliothèque de l’Assemblée nationale du Québec : https://www.bibliotheque.assnat.qc.ca/DepotNumerique_v2/AffichageNotice.aspx?idn=49529